Contribution au VDV#67 Rencontres du troisième type


Rencontres de vignerons au gré des chemins

rencontres de vigneronsIl ne peut y avoir de (bon) vin sans (vrai) vigneron. Le vin, c’est de l’Art-isanat, c’est une Culture. C’est ce que Bonum Vinum essaie de montrer sur son blog en allant en enregistrer quelques uns au gré de ses pérégrinations à pied ou en automobile. Un vin se redéguste en pensant à l’atmosphère du jour de la découverte, à la vigne toujours différente selon les régions et les saisons, au chai et à ses odeurs, à sa fraîcheur, au caveau de dégustation et bien sûr à la conversation parfois passionnée avec le vigneron ou la vigneronne.

Un vin, c’est donc à la fois un souvenir visuel, olfactif, gustatif, auditif et pourquoi pas tactile quand on a passé sa main sur les fûts ou sur les murs salpêtrés de la cave. Les cinq sens en somme.

Voici quelques rencontres de vignerons enregistrées chez eux par Bonum Vinum depuis mai 2013 :

Stéphane Aladame, appellation Montagny

C’est un vigneron dynamique travaillant en bio capable d’extraire toutes les subtilités des différents terroirs de ce magnifique vignoble tout en coteaux pentus. Stéphane Aladame n’est jamais à court d’idées, tel ce vieillissement en œuf béton qui donnera un vin à découvrir bientôt.

Guy Bossard, domaine de l’Écu, Muscadet

Maître Guy

Guy, c’est le sérieux et l’humour à la fois. C’est un des Grands du Muscadetdes Muscadet car les siens sont l’expression de plusieurs terroirs tous cultivés en biodynamie et qu’il faut savoir attendre. Guy, passionné d’Opéra et Fred, son associé, composent à quatre mains, tel cet élevage en amphores pour une belle envolée lyrique.

Pierre Caslot, domaine de la Chevalerie, Bourgueil

A Bourgueil

Pierre Caslot, c’est l’hédoniste. Pas un vin dégusté sans proposition d’accompagnement : côte de bœuf, andouillette et même homard sur ses rouges. Pour son fils Emmanuel, « la biodynamie est une évidence, c’est une façon de vivre avec les planètes ». Une cave d’un hectare creusée il y a des siècles dans le tuffeau, un véritable labyrinthe. Une dégustation qui dure, qui dure… Et si l’on veut se détendre, les Caslot organisent, en juin, les journées binette  suivies d’une dégustation et… d’une sieste.

Michel Guignier, Beaujolais

rencontres de vignerons

Michel Guignier, le passionné. La biodynamie au cœur, de la vigne jusqu’aux prairies où broutent des Charolais. Une philosophie et un mode de vie. Faudon est un havre niché dans un cirque au sommet d’une colline à Vauxrenard. Des vins naturels (Fleurie et Moulin à vent) qu’on ne se lasse pas de déguster tellement c’est fruité, aromatique et… bon pour la santé.

Jean Louis Huguenot, Marsannay, côte de Nuits

rencontres de vignerons

Jean Louis, figure imposante, accent bourguignon rocailleux. Des vignes en bio exploitée par son fils, une vieille cave voutée creusée dans le calcaire qui élève des merveilles (Charmes Chambertin), des cuves qui donnent un rosé de Marsannay gastronomique et une surprise : le Marsannay blanc à découvrir.

Ali Mahmoudi, château St Louis, Fronton

rencontres de vignerons

Ali Mahmoudi, l’auteur de vins et le scientifique qui fait du vin bio parce que « c’est le progrès », qui revendique son parcours viticole singulier sans « origines ». Il n’a pas oublié pour autant ses racines persanes dont il parle avec passion. Un domaine entre Orient et Occident pour un Fronton pur Négrette profond et un rosé délicat, tout en fruit et en longueur.

Christophe Maillard, le vigneron qui signe son vin de son empreinte, Muscadet

rencontres de vignerons

Christophe, c’est le poète – paysan, heureux dans ses vignes converties en bio depuis peu, dans ses prairies où il élèvent de belles et rares vaches nantaises et parmi ses amis qu’il sait parfois recevoir en musique (de jazz) . A découvrir : ses Muscadet de garde, la cuvée Camille et l’empreinte fûtée qui en a bluffé plus d’un avec une longueur et une complexité qui n’est pas sans rappeler l’origine lointaine du cépage, le Melon de Bourgogne . Encore un vigneron qui donne ses lettres de noblesse à ce vin trop méconnu.

Olympe et Yvon Minvielle, château Lagarette, 1ères côtes de Bordeaux

rencontres de vignerons

Lagarette, c’est l’éthique du vin, de la théorie à la pratique, de la pratique à la théorie. 5 ha en biodynamie et un film L’esprit du vin, le réveil des terroirs. La Renaissance (nom de la cuvée) d’un vieux domaine familial, la renaissance par une culture en bio et biodynamie. Un vin d’une grande délicatesse qui reste ancré en mémoire, fruit d’une passion, 1ères côtes de Bordeaux qui vaut tous les Graves proches.

Antoine Olivier, Santenay, côte de Beaune

Chez Antoine, il y a tant à gouter, tant à raconter que la dégustation s’étire. C’est toute la passion et la délicatesse des blancs et des rouges de la Côte de Beaune.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.