Des vins vivants à Nantes, les instantanés de Bonum Vinum


Décembre 2016. Des vins vivants réunis à Nantes pour la première fois

C’était au Solilab sur l’île de Nantes, un quartier branché en restructuration. Ce salon des vins vivants est issu d’une double initiative. Celle de Grains de raison, un réseau de distribution facilitant les rapprochements entre les vignerons-vigneronnes et les professionnels (cavistes, restaurateurs, épiceries fines) et celle de Pinards et jus d’Ancenis, une association dans l’appellation Coteaux d’Ancenis, un groupement de 9 vignerons qui travaillent sans produits chimiques et certains en vin naturel. Il ne faudra pas manquer en mai prochain comme les années passées, leur descente de la Loire en toue cabanée jusqu’au quai de Versailles. Le tout est chapeauté par la Compagnie des grains, organisatrice d’évènements autour du bien-manger et du bien-boire.

Les instantanés de Bonum Vinum au salon des vins vivants

40 vignerons et vigneronnes venant de plusieurs régions de France étaient réunis pour mettre en valeur leur vins vivants. Voici le fruit de ces belles rencontres.

  • Loire, un clin d’œil à Didier Chaffardon, un des fer de lance des vins vivants en Anjou, rencontré en septembre sur son domaine. Didier a toujours une nouveauté à déguster. Cette fois, c’est Isidore 2014, un Chenin élevé 2 ans (1 an en cuve, 1 an en fût), de la matière, du fruit, et de beaux amers en fin de bouche. Encore une belle déclinaison du Chenin.
  • Loire, domaine de la Paonnerie, Jacques Carroget, un des membres de Pinards et jus d’Ancenis déjà rencontré à Clisson dans un verre. Les nouveautés de Jacques : Pineau l’Ancêtre, vieux Chenin de 110 ans ! sur granite, un vin charnu, concentré qui dégage du fruit ; Les champs jumeaux 2015, un Chenin sur poudingue d’Ingrandes. De la rondeur, des fruits mûrs, un vin prometteur à garder.
  • Loire-Touraine, domaine du Porcher en biodynamie, Bruno Allion à Thésée. Dégusté le Surin 2015, un Sauvignon blanc élevé en fût ayant contenu du Pinot noir ! un vin gourmand, biscuité, brioché.
  • Loire, un clin d’œil à Marc Pesnot, domaine de la Sénéchalière pour ses vins toujours aussi délicats issus de Melon de Bourgogne. De la dentelle pressée très doucement. Dégusté (et acheté enfin car ses vins sont parfois rares) La Bohème 2015 tout en fruit avec un petit côté salin ; Nuitage 2014 qui commence à ouvrir une bouche très ample avec des arômes fondus de fruits exotique, des rondeurs biscuités et de beaux amers en fin de bouche. Marc est toujours en quête de la quintessence du Melon de Bourgogne et n’a pas fini de nous étonner.
  • Roussillon, domaine des Mathouans, 10 ha en biodynamie, Aline Hock à Latour de France venue de sa Belgique natale pour assouvir sa passion du vin. Dégustés la cuvée Mac Aline 2014, un Macabeu sur schiste noir élevé 1 an en 1/2 muid, un vin minéral avec des notes de miel, de confit, la cuvée Mine de rien 2014 issue de Muscat à petits grains, rien que du raisin mûr, croquant et du lychee, un vin doux mais avec une pointe de nervosité ; la cuvée Le bon, la brute et le Carignan 2012, 24 mois d’élevage en fût, un vin sauvage avec des senteurs de foin coupé et du cassis en bouche ; la cuvée C’est à siroter près de chez vous 2014, une complantation de Carignan-Grenache- Mourvèdre-Lladoner, un vin fondu aux arômes de fruits mûrs (pruneau) et acidulé en même temps ; enfin, la cuvée Nec’Tard, un Grenache de vendanges tardives liquoreux, une originalité remarquable à garder.
  • Sud Ouest, Château Haut Lavigne, 7,5 ha en Côtes de Duras de Nadia Lusseau. Dégustés La Miss 2014, Sauvignon et Sémillon sur malolactique, une belle longueur, sur le fruit croquant, un vin puissant et complexe ; Nadia 2015, Cabernet Sauvignon, Merlot et Malbec, des tannins déjà fondus pour un vin tendre, fruité et déjà gouleyant ; Miss Terre 2014, Malbec et Cabernet Sauvignon, élevé 12 mois en fût, un vin épicé, charnu et complexe.

Marc Pesnot : à la recherche du fruit, écoutez-voir…

Les vins naturels d’Anjou de Didier Chaffardon

Laisser un commentaire