Pacina en Toscane, un lieu, un vin

Pacina

Juillet 2015. Pãcina, c’est à l’Est de Sienne, au sud de la région du Chianti, à Castelnuovo Berardenga. Ce jour-là, la chaleur était écrasante mais Pãcina est un havre de fraîcheur apportée par l’ombre d’un immense bâtiment, couvent datant  du 9ème siècle. Pãcina, c’est Giovanna Tiezzi, une vigneronne qui sait transmettre sa passion dans un français parfait mais qui n’a malheureusement pas souhaitée être enregistrée, pourtant la voix et le regard ne manquent pas de convictions. Celles-ci se sont déjà exprimées dans le film de Jonathan Nossiter « Résistances naturelles« .

Pacina, un vignoble ancestral

Pãcina, c’est environ 10 ha de vignes cultivés par Giovanna et Stéfano, son mari, agronome de formation, qui n’ont fait que continuer l’œuvre de cinq générations de la famille de Giovanna. A Pãcina, on cultive la vigne depuis les Étrusques qui ont choisi ce terroir pour la nature de son sol, bien sûr, mais aussi pour son exposition toujours un peu ventée ce qui soulage la vigne des grosses chaleurs de l’été toscan. C’est un écosystème végétal (on y cultive aussi des céréales, des légumes et des oliviers) et animal dont les particularités sont jalousement conservées. Ici, bien sûr, tout est en agriculture biologique. On y cultive des cépages locaux issus de sélection massale qui sont amenés à développer leurs défenses naturelles. C’est donc le Sangiovese qui est roi avec un peu de Cannaiolo et de Ciliegiolo ; une petite partie est cependant réservée à la Syrah pour une cuvée secondaire et à des Trebbiano et Malvasia pour un blanc liquoreux du style Vino Santo.

Giovanna Tiezzi, une résistante naturelle

La cuvée principale « Pãcina«  pourrait donc prétendre à l’appellation Chianti Classico mais ici, on ne fait pas de concessions, l’essentiel, pour Giovanna et Stefano, étant de réaliser LE VIN qui leur plait et LE VIN qui respecte le consommateur. Pour Giovanna, « Le vrai problème du monde du vin, c’est la bureaucratie dont le consommateur est finalement la victime ». Giovanna et Stefano ont donc décidé de quitter l’appellation Chianti Classico DOCG pour rester dans le simple IGT Chianti Colli Senesi suite à des problèmes avec la commission de dégustation qui ne reconnaissait pas les caractéristiques traditionnelles et originales du Sangiovese. De plus, à Pãcina, on s’impose des normes d’agriculture bio beaucoup plus sévères que les normes européennes dont se moque un peu Giovanna. Car ici, bien sûr, les levures sont naturelles et les doses de sulfites minimes. Le vin est élevé dans des foudres et des barriques de chêne. Un vin vivant concentrant tout le fruit du Sangiovese et si les tannins sont encore bien présents, il faut prendre le temps de les laisser s’assouplir. D’ailleurs, les millésimes récents ne sont pas encore à la vente.

Après une visite du domaine et une visite de la cave ancestrale où dorment de belles bouteilles empoussiérées, c’est vraiment la musique d’un lieu que l’on déguste.

http://www.agrodolce.it/2013/11/22/giovanna-il-vino-benvenuti-pacina/

http://www.pacina.it/welcome.html

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.