Mark Angeli, la vigne au cœur, écoutez-voir.


Mai 2017. La ferme de la Sansonnière près de Thouarcé, Maine et Loire. Dans une semi-obscurité, Mark Angeli s’affaire autour de ses tonneaux. Les fermentations alcooliques de ses 2016 et de ses 2015 ne sont pas terminées. Le vin murmure dans les tubes de verre fixés aux bondes.

Mark Angeli

Mark Angeli, un passionné

Mark entre rapidement dans le vif du sujet : ses engagements en faveur de l’agriculture biologique et dans la biodynamie ; ses expériences récentes pour éviter tout produit chimique même agréé en bio comme la bouillie bordelaise. il s’agit de pulvériser des extraits d’huiles essentielles sur les ceps pour remplacer le soufre et le cuivre.

Nous avançons ensuite dans ses vignes, ses vignes-jardin, un domaine de 7 ha qu’il a créé de toute pièce il y a environ 25 ans. Des fleurs délicates émergent entre les ceps.

La réputation de Mark Angeli n’est plus a faire. Ses vins sont présents sur les plus grandes tables et il est difficile de s’en procurer chez les cavistes. Nous repartirons les mains vides car il n’a plus rien à vendre. Nous aurons juste le plaisir de goûter ses 2015 et 2016, des Chenin caractérisés par leur longueur et leur persistance en bouche, de grands vins en devenir.

Les mains vides mais les têtes pleines du discours passionné de Mark.

Le compagnonnage au service des jeunes vignerons

Pour Mark Angeli, la biodynamie, c’est du partage et une vision holistique du monde, c’est un tout qui dépasse le mode cultural. Dans cette optique, il a voulu partager son savoir-faire et ses compétences en aidant les jeunes vignerons à s’installer. En collaboration avec Richard Leroy et d’autres vignerons bio chevronnés, il accompagne les jeunes vignerons dans leur installation : accueil, recherche de domaine (3 ha suffisent pour débuter seul), conseils de culture en bio évidemment et recherche de clientèle. Une belle idée qui essaime en Anjou, un vignoble qui se prête à l’installation des néo-vignerons issus de nombreux horizons.

L’engagement humanitaire

Mark Angely

action humanitaire à Madagascar

La ferme de Mark Angeli, c’est un joli coin d’Anjou où il s’est arrêté un jour sur un coup de cœur mais c’est aussi un lieu en phase avec la planète et tous ses problèmes urgents. La « part du Colibri » de Mark et de Virginie Joly (La Coulée de Serrant), c’est leur engagement pour le reboisement d’une région de Madagascar sur la commune d’Antoetra. Madavin, leur association, œuvre pour la protection et la valorisation de la forêt et a pour objectif d’apporter une aide écologique au peuple malgache.

Je ne suis pas un artiste

Surtout, Mark s’en défend ! Et Pourtant, on peut relever dans son discours les termes de palette de couleur, de galerie de portrait, de peinture, de poésie, d’émotion. Alors, chapeau l’art…!

 

Laisser un commentaire