Rétrospective 2014

Bonum Vinum 2014

Bonne année aux artistes qui élaborent le vin, bonne année aux amateurs de vin et à ceux qui s’intéressent au savoir-faire des vignerons et des vigneronnes.

Les enregistrements de Bonum Vinum 2014 (et ceux de 2013, création du blog)

Ali Mahmoudi, château St Louis, Fronton

Pierre Caslot et Emmanuel son fils, domaine de la Chevalerie, Bourgueil

Jean Louis Huguenot, Marsannay, Côte de Nuits  

Xavier Olivier, retraité, domaine Olivier, Santenay, Côte de Beaune

Stéphane Aladame, Montagny, Côte chalonnaise

Michel Guignier, Vauxrenard, Beaujolais

Christophe Maillard, Le Pallet, Muscadet

Guy Bossard, Fred Niger Van Herck, Le Landreau, Muscadet

Sarah et Antonio Lopez Ribeiro, Casa de Mouraz, région du Daô, Portugal

Olympe Minvielle, château Lagarette, Premières côtes de Bordeaux

Nicolas Joly, Coulée de Serrant, Savennières

tel est le cru Bonum Vinum 2014.

 

OMAR KHAYYAM (1048 – 1131) est un poète mathématicien persan, sceptique, il est célèbre pour ses « quatrains ». En voici quelques-uns extraits de l’ouvrage « Poètes du vin poètes divin« , Kilien Stengel, édition Écriture, 2012, une anthologie des plus beaux poèmes de Virgile à Aragon.

Bon voyage au pays des origines du vin (ou supposé tel).

Au printemps si quelque être célestiel

Me verse dans les champs un vin plus doux que miel,

Je dis, quand je devrais déplaire à la canaille,

Je serais moins qu’un chien si je pensais au ciel.

 

Ton âme passera, te quittant sans adieu,

Derrière le rideau des grands secrets de Dieu,

Sois heureux, réjouis-toi… D’où tu viens, tu l’ignores

Bois du vin… Tu t’en vas tu ne sais pas en quel lieu.

 

La sagesse m’a dit, minuit allant venir :

La sagesse n’a jamais vu le bonheur fleurir.

Pourquoi t’abandonner à la mort à son frère ?

Bois du vin ! N’as-tu pas l’infini pour dormir ?

 

Bois car tu dormiras sous terre des années,

Sans camarades, sans amis, sans hyménées,

Prends garde ! Ne révèle à nul autre ce grand secret :

Pas ne refleuriront les tulipes fanées.

 

Bois du vin, c’est la force, oui, bois à ton envie,

Le seul trésor resté de jeunesse ravie,

Saison des fleurs, des ris, des joyeux compagnons !

Sois heureux un instant, cet instant c’est ta vie.

 

Verse à mon cœur meurtri cette boisson féconde

Pour ceux à qui l’amour fit blessure profonde.

Je préfère l’ivresse et ses rêves dorés.

A la voûte du ciel, fond du crâne du monde !

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.