Paroles de vignerons, rétrospective 2017


Paroles de Vignerons 2017

2017, année du climat, année de l’espoir ? La COP 21 s’était achevée un an auparavant en décembre 2015. Tous les pays avaient pris de bonnes résolutions. Et puis un trublion étasunien a nié l’évidence contre l’avis de bon nombre de ses concitoyens. Pourtant, il y a urgence. Peut-être est-il déjà trop tard.

Dans nos vignobles, on envisage déjà le dérèglement climatique. Les degrés alcooliques grimpent. On se demande si les cépages de climats jusque là tempérés résisteront à la montée des températures.

Et puis il y a eu les épisodes de gel tardif pour la 2ème année consécutive ; de jeunes vignerons ont dû mettre la clé sous la porte. Heureusement, il y a eu de beaux élans de solidarité.

Voici des Paroles de vignerons qui donnent espoir ; des Paroles de vignerons qui chantent la terre et poussent à son respect pour qu’avec leurs nectars nous reviennent ces vers de Baudelaire :

                         L’âme du vin

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
 » Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! « 

Merci à :

pour leur accueil chaleureux.

Merci aussi à Jean Yves Bardin, photographe des vignobles et des vignerons (photos des articles sur Benoît et Adrien). Merci aux organisateurs des salons Millésime Bio 2017 à Marseille, la Levée de Loire à Angers, Clisson dans un verre 2017, la Renaissance des appellations à Bordeaux, la fête des vieux cépages à Trilla (66), La Boire à Nantes qui m’ont accueilli.

Le tableau de la page d’accueil est de Robert Prouty qui exposait à Trilla.

Laisser un commentaire