Le cidre de Johanna Cécillon : les druides auraient aimé

cidre Johanna Cécillon

Le cidre Johanna Cécillon

Mai 2015. Pour se rendre au hameau de la Villime, cidre Johanna Cécillonon quitte la 4 voies, puis la départementale. La Maison et les vergers sont cachés parmi les collines des Côtes d’Armor, entre ruisseaux, bois et bocage. On peut qualifier Johanna et Louis Cécillon de « vignerons de pommes ». Rencontrés en décembre dernier au cours d’une dégustation chez Renaud à la Contre-étiquette à Nantes, une visite s’imposait…

cidre Johanna Cécillon

Sur la terre des druides

Les vergers, cultivés en agriculture biologique, sont disséminés autour de la commune de Sévignac. Certains sont cachés, havres de paix garnis de fleurs, d’herbes hautes qu’il faut tondre souvent,  d’ajoncs et de genets butinés par les abeilles que Louis élève. L’un d’eux est situé sur un oppidum longeant les ruines d’un village, au dessus d’un lac. Johanna s’y s’en bien, guettant la floraison ou la maturité des fruits. Terre des druides qui auraient pu y couper le gui ou des bardes qui auraient pu y jouer la sérénade sous la voute épaisse formée par les pommiers. Terre de granit pour certains vergers, difficile à cultiver mais le résultat est somptueux. Des breuvages dorés, ambrés, aux fines bulles naturelles, presque imperceptibles. Des cidres complexes, tantôt sur le fruit, tantôt sur une douce amertume. Des arômes puissants de fruits, de confit, de caramel (cuvée Nantosuelta), des tanins bien présents pour la cuvée Nérios, une bouche longue et persistante.

cidre Johanna Cécillon

Faire des grands cidres comme on fait un grand vin

Il faut dire que Louis vient du milieu viticole de la vallée du Rhône et qu’il a allié ce savoir à l’élaboration des cidres dont deux cuvées (Nérios et Nantosuelta) sont élevées en fûts d’Hermitage blanc. Johanna est originaire des lieux, c’est l’alchimiste des assemblages de jus. Elle, c’est l’air ; lui, c’est la terre ; l’eau et le feu pour un cidre puissant qui bonifie avec l’âge (cuvées Nérios et Nantosuelta), composé comme un grand vin au point que bientôt la cuvée Nérios sera vendue avec mention du millésime. Une belle composition qu’on a pu découvrir récemment dans l’émission « On  va déguster » sur France Inter.

Les cuvées du cidre Johanna Cécillon :

  • Divona 6,5°, déesse des sources sacrées : sur sols limoneux riches de fond vallon traversé par un ruisseau. C’est un cidre à la fois fruité et sec, les bulles sont extrêmement fines, on les sent à peine en bouche. Idéal à l’apéritif ou sur des fruits rouges.
  • Nérios 7° , dieu celte des sources bouillonnantes : sur sols granitiques et limoneux. C’est un cidre puissant, tannique avec une pointe d’amertume qui rappelle les cidres fermiers d’autrefois. Il peut accompagner un lapin ou un poulet au cidre ou une salade aux noix.
  • Nantosuelta (vallée du soleil) 6°: sur sol granitique, c’est un cidre complexe avec à la fois du moelleux, des arômes de fruits confits, de caramel et des tannins. Il peut accompagner le foie gras et les desserts ou simplement être dégusté l’après-midi, pour lui même.
  • Et un alcool de cidre Johanna Cécillon dont quelques larmes suffisent pour en apprécier les arômes.

http://www.domainejohannacecillon.com/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.