Le vignoble le plus haut de France 2


Un vignoble d’altitude

vignoble d'altitude

Ce vignoble d’altitude se situe entre 600 et 1300 m d’altitude. La vigne pousse sur un sol volcanique dans un cirque entouré de montagnes. Les vendanges ont lieu en janvier et février à la fin de l’été austral. C’est donc le 1er vin français de chaque millésime.

C’est à la Réunion, dans le cirque de Cilaos.

C’est un vignoble d’altitude de seulement 13,5 ha exploités uniquement à la main, en coopérative, par quinze viticulteurs. C’est l’unique vin produit à La Réunion. Le relief est évidemment très accidenté. Le vignoble est cultivé sur les sols volcaniques du cirque de Cilaos. Après plusieurs essais, les producteurs ont choisi de se concentrer sur les cépages Malbec, Pinot noir, Syrah pour les rouges et les cépages Chenin, Verdelho (cépage 1/2 sec connu à Madère), Gros Manseng pour les blancs. Les vendanges sont, bien sûr, manuelles ce qui permet le tri des plus belles grappes. Afin de préserver la typicité de chaque micro-terroir de Cilaos, les parcelles sont vinifiées séparément. La vinification dure de six à douze mois sur lies fines.

Malheureusement, ce vin ne semble pas disponible en métropole. Alors, si vous allez faire un « petit » tout là-bas, une visite au Chai de Cilaos ne manquera pas d’intérêt.

http://chaidecilaos.reunion.fr

vignoble d'altitude                                     vignoble d'altitude                                         vignoble d'altitude

 


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le vignoble le plus haut de France

  • Gwen

    Non seulement je connais ce vin que j’ai goûté en 1979 pour la première fois, j’ai aussi visité ce vignoble de Cilaos en septembre 1980. Nous y étions allés pour faire la connaissance de notre premier petit-fils né à La Montagne, et nous étions restés un mois dans l’île, nous permettant de la parcourir, même sur des chemins insolites !
    A l’époque, ce vin était « confidentiel » et considéré par les Réunionnais comme une exception dont ils étaient fiers.
    Mes enfants ayant quitté la Réunion en 1984, je n’ai pas eu l’opportunité d’en boire à nouveau. Mais je suis contente de voir que cette activité perdure sur les flancs de la Fournaise