Dégustation : le cidre d’une vigneronne de pomme à la Contre-étiquette Nantes

contre-étiquette La Contre-étiquette à Nantes

Décembre 2014 : malgré l’affluence dans le centre-ville de Nantes, une telle invitation ne se manque pas. Bonum Vinum a rendez-vous chez Renaud, à la Contre-étiquette en présence de Johanna et Louis Cécillon, « Vignerons de pomme » à Sévignac dans les Côtes d’Armor. Ils racontent leur métier avec passion. Johanna est fille de paysan-cidrier breton, Louis vient de Tournon dans l’Ardèche ; c’est le neveu de Jean Louis Grippat, vigneron connu de l’appellation Hermitage. Et leur cidre, ils l’élaborent comme un grand vin.

contre-étiquette Ils ont beaucoup cherché avant de s’installer jusqu’à avoir le coup de cœur pour Sévignac. Domaine  vallonné parmi les forêts et les bocages que longent des chemins bordés de vieilles pierres. Renaud, notre caviste de la Contre-étiquette qui l’a visité, a même cru y apercevoir Merlin et une assemblée de druides, faucille en main pour cueillir le gui. Il comprend neuf hectares de vergers plantés de quatorze variétés de pommes douces, douces-amères, amères et acidulées ; de quoi réaliser de belles compositions. L’ensemble est agréé en agriculture biologique depuis 2013. Johanna et Louis s’intéressent à la culture en biodynamie et l’expérimentent sur deux hectares.

contre-étiquette Les pommes sont récoltées manuellement de fin octobre jusqu’à Noël selon les variétés et le terroir. Un travail de patience qui en vaut la peine. Chaque variété de pomme est « vinifiée » séparément selon ses caractéristiques tanniques ou douces. Elles sont pressées dans un ancien pressoir vinicole nantais. La fermentation se fait sur les levures naturelles des pommes en cuves de fibre ou en tonneaux de 400 litres. Il faut procéder ensuite à l’assemblage : le savoir-faire, la composition savamment pensée entrent là aussi en scène. Les jus sont vieillis ensuite dans des fûts d’Hermitage blanc pendant quatre à six mois. Ce cidre mérite donc bien qu’on l’appelle aussi « vin de pommes ». La prise de mousse est naturelle, il n’y a aucun ajout dans les bouteilles (pas de liqueur ou de sucre additionnels) ni de soufre. Cela donne des cidres qui peuvent bonifier 5 à 6 ans.

Les cuvées du domaine Johanna Cécillon :

  • Nantosuelta (vallée du soleil) 6°: sur sol granitique, c’est un cidre moelleux avec des arômes de fruits confits et de caramel. Il peut accompagner le foie gras et les desserts ou simplement être dégusté l’après-midi.
  • Divona 6,5° : sur sols limoneux riches de fond vallon traversé par un ruisseau. C’est un cidre à la fois fruité et sec, les bulles sont extrêmement fines, on les sent à peine en bouche. Idéal à l’apéritif ou sur des fruits rouges.
  • Nérios 7° : sur sols granitiques et limoneux. C’est un cidre puissant, tannique avec une pointe d’amertume qui rappelle les cidres fermiers d’autrefois. Il peut accompagner un lapin ou un poulet au cidre ou une salade aux noix. Il serait intéressant de le faire vieillir pour voir son évolution.
  • Et un alcool de cidre dont quelques larmes suffisent pour en apprécier les arômes.

contre-étiquette

 

 

 

contre-étiquette

A noter : Julien, le frère de Louis, est un jeune vigneron de Tournon qui travaille en agriculture très raisonnée avant d’aller plus avant vers le bio. Il concocte de belles bouteilles de St Joseph et de Crozes-Hermitage. http://www.juliencecillon.com/

http://www.domainejohannacecillon.com/

Le 20/10/2017 : malheureusement, Renaud a fermé boutique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Dégustation : le cidre d’une vigneronne de pomme à la Contre-étiquette Nantes”